#01 Vernissage de Maïdan Inferno


#01 Maïdan Inferno (vernissage)

Théâtre du Point de Jour / Cie Scènes-Théâtre-Cinéma

Festival Étranges Étrangers


Texte : Neda Nejdana

(extraits de Maïdan Inferno, éditions l’Espace d’un Instant avec le soutien du CNL)

Traduction : Estelle Delavennat

(en collaboration avec Christophe Feutrier et Tatiana Sirotchouk)

Mise en espace / dramaturgie : Clément Peretjatko

Costumes : Eve Ragon

Interprétation : Manuela Malatestinic, Eve Ragon, Thomas Fitterer, Clément Peretjatko et Julien Scholl



Ce qui est étrange avec les évènements de la révolution, de la guerre qui a lieu actuellement, c’est que d’un côté, on a le sentiment de revenir vers le passé. Les pierres et les bouteilles volent, il y a quelque chose qui ressemble à la seconde guerre mondiale, voire au Moyen-âge… Mais de l’autre côté, on est au coeur de la réalité contemporaine de l’Internet. Les gens qui luttent sont très présents dans la sphère de Facebook. C’est important de montrer la coexistance de cette réalité artificielle avec celle du Maïdan. (N. Nejdana).


Pour ce premier laboratoire, je me suis attaché aux parcours des personnages Oreste et Ania, dont le mot d'ordre «  La liberté ou la mort »  nous fait souhaiter que les ukrainiens accèdent à la liberté sans la payer de leur vie, mais par des moyens pacifiques et démocratiques.


J’ai invité le public à suivre un parcours au Théâtre du Point du Jour. Chacun des lieux mets en exergue la construction dramaturgique du texte. Les spectateurs sont accueillis sur scène qui devient l’espace de rassemblement de la place Maïdan où Oreste et Ania se rencontrent et flirtent ensemble avant d’être attaqué par les berkouts. Le hall du théâtre se transforme en purgatoire où, sous les coups, dans un espace entre vie et mort, Ania et Oreste s’accrochent à leurs idées et à leur désir de liberté pour continuer leur lutte. La cage d’escalier est le confessionnel où les révolutionnaires ukrainiens tentent d’expier leurs pêchés. Le retour dans la salle du théâtre, où les spectateurs prennent place pour assister aux retrouvailles imaginaires d'Ania et d’Oreste, est synonyme d’enfer. Sur l’ensemble du parcours, les réseaux sociaux sont présents (par le biais de jeu masqué, de vidéos et d’une structure en fer à beton) et résonnent comme un espace de surveillance, d’organisation ou de propagande.


Cette présentation a fait l’objet d’une communication lors du colloque «  La culture. Maïdan. La guerre. L’extrême. » organisé par le Centre de Dramaturgie Les Kourbas de Kiev, en partenariat avec le Musée de la Révolution de la Dignité.


Clément Peretjatko


Maïdan / Accueil spectateursMaïdan / Accueil spectateursMaïdan / Accueil spectateursMaïdan / Réseaux sociauxMaïdan / AniaMaïdan / Ania et OresteMaïdan / Ania et le poètePurgatoire / Ania et OrestePurgatoire / Réseaux sociauxEnfer / AniaEnfer / Ania et OresteMaïdan / Saluts

Vernissage de Maïdan Inferno / Théâtre du Point du Jour




© Collapse 2012-2018